Militantisme écologique: la marque “Biojest Auto” se prononce pour un dispositif réglementaire et législatif

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le marché domestique et industriel des produits d’entretien écologiques (ménager, automobile, plaisance…) est un marché émergent, très prometteur et porteur de beaucoup d’espoirs, en terme de création d’emploi et de débouché commercial.

 

Ces dernières années, les principaux acteurs de la Chimie Verte Française ont considérablement investi en recherche et développement et proposent aujourd’hui des produits écologiques très efficaces, d’une haute technicité, respectueux de l’Homme et de la Planète. Sur ce marché, les entreprises françaises (laboratoires de Biotechnologie) disposent d’atouts significatifs en terme d’innovations et d’une réelle avancée technologique par rapport à leurs concurrents européens et mondiaux.

 

Après plus d’une année de recherche et de développement, la Société Skl a ainsi élaboré, en partenariat avec le troisième Laboratoire Européen de Biotechnologie,  une gamme de produits d’entretien et de nettoyage écologique pour l’automobile dont l’efficacité prouvée, est supérieure aux référents pétrochimiques; la marque « Biojest auto » est d’ailleurs la seule marque en Europe et en France à être totalement écolabellisée : « NF Environnement » et « Ecolabel Européen », certifications obtenues auprès de l’Afnor qui a élaboré un cahier des charges et des critères très stricts en terme d’écologie et d’efficacité.

 

Tous les sondages et toutes les études de marché publiées à ce jour, prouvent que la préservation de l’environnement  est l’une des préoccupations  majeures des  consommateurs français ; mais le constat réalisé sur le terrain montre clairement qu’il existe une crise de confiance à l’égard des produits écologiques, crise fortement préjudiciable à l’essor de ce marché et au leadership des entreprises françaises, pourtant pionnières dans ce domaine.

 

Les raisons sont multiples :

 

-        un déficit de communication de la part de l’Afnor concernant ses labels officiels, seuls garants pour le consommateur du caractère réellement écologique.

-        la confusion entretenue par un certain nombre de fabricants pétrochimiques qui tentent de surfer par opportunisme sur la vague « verte ».

-        mais surtout l’absence d’éthique et de règles claires et précises encadrant l’utilisation de la mention « écologique ». En effet, n’importe quel industriel peut apposer la mention « écologique » sur ses packagings, sans que  son produit soit écologique et sans être inquiété : c’est là toute la problématique !

 

Quelques exemples afin d’illustrer cette aberration : une marque de lessive qui avance une efficacité à 15° au lieu de 40°  devrait-elle avoir le droit d’être qualifiée « d’écologique » alors que sa formulation, totalement pétrochimique reste polluante pour l’environnement ? Un produit totalement pétrochimique devrait-il avoir le droit d’être qualifié « d’écologique » sous prétexte que sa biodégradabilité ait été améliorée ou que son mode d’utilisation permette d’économiser de l’eau ? A l’évidence, non ! Mais l’absence d’un cadre législatif et réglementaire permet aujourd’hui toutes ces déviances et contribue à éloigner le consommateur qui se sent légitimement abusé ! A l’heure où la taxe carbone est sous les feux de l’actualité, il est urgent de considérer ce vide juridique.

           

            Pourtant un travail considérable a été fourni par l’Afnor dans le cadre du label « NF Environnement » afin de définir la mention « écologique » : pour l’obtenir, il faut faire auditer le site de production, respecter un cahier des charges très strict et se soumettre à une batterie de tests :

- des tests d’écotoxicité : rejets non polluants, respectueux de l’environnement et de l’utilisateur.

- des tests de biodégradabilité optimale sur une courte durée.

- des tests d’efficacité comparative effectués par des laboratoires indépendants : le produit testé doit avoir une efficacité supérieure ou au minimum équivalente au référent pétrochimique du marché.

C’est une démarche globale incluant la formulation du produit (actifs 100% d’origine végétale), la recyclabilité de l’emballage, les mentions figurant sur l’étiquette et les promesses-produit visées par l’Afnor….

 

          La solution passerait certainement par une volonté et une décision politique ; il s’agirait de faire participer les autorités compétentes que sont l’Ademe et L’Afnor et la commission « du Développement Durable » du Parlement Français, dans le cadre des travaux menés par le Grenelle de l’Environnement,  afin de définir précisément la mention « écologique » puis de l’encadrer par un dispositif réglementaire et législatif.

 

 

Disposer  d’un label écologique officiel et indépendant est donc La Seule Garantie et Caution du caractère réellement écologique pour le consommateur. 

Consommateurs, utilisateurs, acheteurs, professionnels, exigez la caution d’un label officiel et indépendant comme « Ecolabel Européen » ou « NF Environnement » !

 

« Nettoyez Nature Efficacement » avec Biojest Auto, la seule marque en France et en Europe à être totalement écolabélisée !

 

www.biojest.fr

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “Militantisme écologique: la marque “Biojest Auto” se prononce pour un dispositif réglementaire et législatif”

  1. Merci pour ce premier communiqué.
    Nous vous souhaitons une excellente communication sur Internet grâce aux communiqués de presse.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>